Profitant d'un week-end de liberté, ma Souris et moi décidâmes d'aller au ciné. Nous avions le choix entre (je vous épargne les éliminés d'office):

- Skyfall, trop Daniel Craig pour Maman Souris

- Rebelle, trop pas d'enfants avec nous

- Dans la Maison, trop Luchini pour moi et surtout trop pesant

et finalement, nous rappelant qu'en chaque adulte sommeille un enfant, nous nous sommes finalement retournés vers...

 

film_rebelle_pixar

N'ayant manqué qu'un seul Pixar (Cars 2) après un Toys Story 3 décevant (oui l'enfant dont il est question un peu plus haut ne sommeille peut-être pas tant que ça chez moi), j'attendais le studio au tournant. Egalera t-il Wall-E et les classiques Toys Story (1 & 2) et autres Nemo, Cars qui m'avaient enchantés ?

1ère déception: pas de court-métrage avant le film (on accordera le bénéfice du doute à UGC puisque nous sommes arrivés alors que la séance était déjà commencée - les pubs).

Cette fois-ci, Pixar nous conte l'histoire de Merida, jeune princesse irlandaise (écossaise ?) à l'esprit... rebelle. En effet, sa reine de mère veut la marier, comme il se doit, au premier né de l'un des clans, celui qui saura la mériter par son courage, son adresse, etc. Mais voilà l'idée n'emballe pas notre princesse, il faut dire que les prétendants n'ont pas grand chose pour plaire (le beau gosse prétentieux, le vilain pas beau, maladroit et rêveur, le grand costaud incompréhensible). Un tournoi est organisé (tir à l'arc) et que le meilleur gagne. Et... Merida l'emporte (oui, elle aussi est une premier né). Hélas, sa famille et les clans n'ont pas la même interprétation du réglement et la somment d'être raisonnable. Voilà, Merida ne veut pas qu'on lui impose quoi que ce soit (elle a bien raison) et s'enfuit dans la forêt. Forêt sauvage, forêt profonde et aussi forêt magique car elle y rencontre une sorcière qui lui offre le moyen de changer son destin ! Quelle chance ! Mais voilà c'est le début des ennuis car rien ne se passe comme prévu.

J'ai bien aimé la 1ere partie où Merida, éprise de liberté, cherche à échapper à son triste destin. Malheureusement, on bascule trop rapidement du côté "obscur": attention, chaque acte a ses conséquences (ben ouais), qu'il faut assumer, réparer ses actes inconsidérés et le summum, il faut être reconnaissant à ses parents qui ont toujours été là pour nous (Disney inside ?). Si cela est vrai, j'aurai préféré que le titre (Rebelle pour mémoire) soit assumé jusqu'au bout. Bon tout est bien qui finit bien, la morale est sauve, les bêtises oubliées (il était moins une) et pas de mariage (ouf).

La claque: le graphisme. Toujours plus beau, plus "réaliste". Attention, ce n'est pas une fin en soi ni nécessaire d'ailleurs.

AAAh les chansons. Pourquoi s'obstiner ? Je ne suis même pas sûr qu'un enfant soit intéressé (en tout cas pas celui qui fait semblant de dormir en moi), d'autant plus que le film bouge beaucoup et laissera, à mon avis, les plus jeunes au bord de la route.

Ah oui, j'ai failli oublier, un dernier sacrilège: il faut toujours rester jusqu'à la fin du générique d'un Pixar, le studio nous gratifiant de bonus. Et là, un petit bonus de rien du tout au scenario prévisible. Grrrr !

Rebelle n'est pas un mauvais dessin animé, globalement agréable mais l'intrigue convenue, la morale facile et voilà un nouveau Disney, euh non Pixar, bref, Pixar/Disney de plus. Vu et, je suis désolé, vite oublié. Où est le génie de ses ainés ?